avatar

Ohlala, quelles questions compliquées !


11-09-2015 18:02 by carado

Sur IRC, on m’a récemment passé un lien vers un article sur dix questions d’éthiques supposément sans réponse.

Je bosse sur une fonction mathématique pour déterminer à quel point une action est éthique ou pas, mais en attendant, je vais faire quelque chose qui me plaît beaucoup: répondre binairement et simplement à une série de questions supposément tellement compliquées.

Le tout en ignorant le biais culturel qui a probablement poussé l’article à avoir 10 points, et non 9 ou 12. Raah, je me méfie toujours quand je vois quelque chose de ce que j’appelle « base-10-biaisé ».

1. Doit-on autoriser que des personnes se clonent elles-mêmes ?

Oui. Autant je suis pas forcément convaincu que c’est très éthique de cloner quelqu’un d’autre sans son accord, si j’ai envie de me clôner moi-même, c’est mon problème.

« Mais le pauvre clone de toi ! Il a jamais demandé à être une copie ! » Ouais, mais l’enfant non-clone avec des globules rouges malformés a rien demandé de toute façon. Et créer un nouvel humain, tant qu’il est suffisemment peu déféctueux pour pouvoir enjoyer la vie, c’est plutot une bonne chose. (un jour, je vous fais un article sur mon opinion à propos de la surpopulation, promis)

2. Doit-on introduire de l’ADN non-humain dans notre génome ?

Oui, si on est relativement sûrs que ça fait pas trop de merde; ou qu’on aborte le fœtus quand on voit que ça fait des merdes.

3. Doit-on autoriser aux parents de choisir leurs enfants ?

Oui, voir question 1: c’est mon ADN, je fais ce que je veux. Et si y’en a qui ont peur que certaines populations fassent que des garçons ou de l’eugénisme, j’ai envie de dire: tant pis pour ces populations. Je vais pas ingérer, tant que je peux faire ce que je veux.

4. Devra-t-on forcer les gens à mourir une fois que la science aura trouvé le moyen de nous rendre presque immortels ?

Si les gens ne meurent plus de vieillesse, ils mourront d’autre chose. Même si ils ne peuvent mourrir que par le suicide, ils se suicideront bien un jour.

Déjà, immortel de vieillesse, ça veut pas dire qu’on répare le fait que le cerveau a une capacité de fonctionnement il me semble limitée. Ensuite, même si on résoud quelquecomment cela, je pense que les gens se tueront suffisemment pour laisser de la place, ou alors les gens feront beaucoup moins d’enfants. Dans tout les cas, ça vaut pas le coup de limiter le nombre d’enfants ou de forcer la mort des gens; c’est trop une atteinte à la liberté.

N’oublions pas, avant de passer une loi: présomption que les gens ont le bon sens de bien faire les choses. (ouais, je suis anar’)

5. Quels domaines de recherche scientifique doit-on privilégier au détriment d’autres ?

Pour moi, il me semble absolument primordial de faire en sorte de coloniser l’espace. Ce n’est que quand notre civilisation sera sur plusieurs planètes indépendantes qu’on aura drastiquement diminué le risque d’extinction de notre espèce.

Après, on verra en temps venu, en fonction des besoins.

6. Doit-on autoriser le revenu universel ?

Celle-là, je la trouve un peu hors de place dans cette liste, mais allons-y toujours: oui. Je pense qu’avec l’automatisation, on peut largement se le permettre. C’est un peu la solution sociale-démocrate au capitalisme, pour survivre en attendant de faire la révolution communiste.

7. Quels animaux possèdent des valeurs morales ?

Hein ? Le titre de la question porte sur les valeurs morales, mais le texte en dessous nous parle de conscience, ce qui me semble bien plus intéréssant comme question. Oui, d’autres espèces ont certainement la conscience. On a envisagé plusieurs tests pour savoir si un individu est conscient, tel que le test du mirroir.

Je sais pas si la conscience est quelque chose de discret (oui/non) ou de continu ([0;1], voir [0;∞[), mais je sais que c’est à prendre en compte. L’humain n’est certainement pas le seul à faire de la philo.

8. Partant de là, seuls les humains peuvent se considérer comme des personnes individuelles ?

Outre le fait que cette phrase soit très moche; bah, non. Vous lisez ce que j’écrit, en fait ?

9. Doit-on améliorer biologiquement les capacités des êtres vivants non-humains ?

Si ils veulent bien. Comment on sait ? Pour ceux qui sont conscients, on établit un protocole pour communiquer avec. Si un tel protocole n’est pas établissable ou que l’individu n’est pas conscient, je dirais que par défaut, non. Ce qu’il faut bien garder en tête, cependant, c’est que c’est une question d’individu-à-individu, pas une question d’espèce-à-espèce.

Faut pas se demande si l’humanité a le droit de s’améliorer ou d’améliorer les grenouilles; mais si Richard Fictifberg a le droit d’améliorer Julie Existepoint ou Ribbit la grenouille. Ça fait beaucoup plus de sens, et ça évite des comparaisons inutilement philosophiques.

10. Est-ce que les personnes vivant dans le présent importent plus que les personnes du futur ?

Si je lis juste la question, j’ai envie de répondre « oui, autant. » (bah ouais, ils ont dit « plus », pas « strictement plus »).

Mais quand je lis le texte en dessous, je vois où ils veulent en venir. Qu’on se mette bien d’accord sur quelque chose: la civilisation humaine moderne est putain de géniale, et devoir faire un peu d’ingénieurie pour manger du tofu du futur pendant que les pauvres petits ours polaires se noient, ça vaut carrément mieux que de dropper tout notre progrès et revenir à une civilisation plus simple.

Et ça vient d’un anarcho-communiste qui loathe le capitalisme et la surconsommation, alors vous savez que je le signifie fort.

Une note de fin.

Ça m’a donné une envie concernant ce blog, je vais faire un truc un peu à la what-if de xkcd: envoyez-moi toutes vos questions et/ou théories, et je serais ravi d’en parler dans un blog post (j’assume que vous m’autorisez à poster la question, accompagnée de votre signature dans le mail si y’en a une).

Bonne soirée à tous o/